Expliquer la nécessité de donner la priorité à la santé sexuelle et reproductive des adolescents en Afrique subsaharienne : Résultats du projet de recherche EcASaRH

Les adolescents représentent une part importante de la population dans de nombreux pays d'Afrique. Cependant, la négligence de la santé sexuelle et reproductive des adolescents (SSRA) suscite de plus en plus d'inquiétudes au niveau mondial. Cette négligence est particulièrement marquée en Afrique subsaharienne, où la plupart des décès d'adolescents sont imputables à des complications liées à la santé sexuelle et génésique. Les interventions en matière de santé sexuelle et reproductive restent sous-financées dans cette région. Il est essentiel de comprendre le coût de la mise en œuvre des interventions prioritaires en matière de SSRA et la manière de les financer pour réaliser des progrès significatifs. Il est également essentiel de comprendre les situations propres à chaque pays en matière de SSRA afin d'éclairer les plans d'action nationaux.        

The African Health Economics and Policy Association (AfHEA) led a research team with researchers from Ghana and Senegal to stimulate further discussions by stakeholder institutions to mobilise investments for ASRH interventions. The project is titled: economics of adolescent sexual and reproductive health (EcASaRH) interventions in Ghana and Senegal. In this short article, we share the lived experience of Rosemond (this is a pseudonym and not her real name), who became a victim of early marriage and school dropout at the age of 15 years.

Rosemond, qui est aujourd'hui mère de deux enfants et attend un troisième dans quelques mois, est un exemple typique des quelque 12 % d'adolescents d'Afrique subsaharienne qui ont eu leur premier rapport sexuel avant l'âge de 15 ans. Malheureusement, elle n'a pas pu terminer l'école de base par crainte d'être stigmatisée après être tombée enceinte au cours de la deuxième année du collège.

Elle dit :

"Le système ne m'a pas apporté le soutien nécessaire. Tout ce que je voulais à l'époque, c'était un peu d'encouragement de la part de mes professeurs et de mes pairs. Malheureusement, ils se sont plutôt moqués de moi et j'ai eu honte de poursuivre mes études. Après mon premier accouchement, j'ai demandé une aide médicale et l'infirmière m'a dit que j'étais trop jeune pour prendre des médicaments qui empêchent la grossesse. J'ai été très déçue par le système. Mon rêve était de devenir une ingénieure professionnelle hautement qualifiée pour aider mon pays à construire des objets destinés à l'usage et à l'exportation et pour pouvoir sortir ma famille de la pauvreté, mais ce rêve est aujourd'hui loin de la réalité car je dois faire face à de nombreux problèmes"(Entretien personnel, 16 août 2023).

Photographié le 16e Août 2023 avec le consentement de Rosemond

La première fille est à sa droite et le deuxième enfant est devant.

À ce sujet, l'AfHEA promeut plusieurs publications issues du projet de recherche EcASaRH au Ghana et au Sénégal. Le travail comprend trois notes politiques et au moins quatre articles de journaux visant à accroître les connaissances et les actions pour atténuer les problèmes de SSRA. Parmi les sujets abordés dans les publications figurent 1) le coût de la mise en œuvre des interventions prioritaires en matière de SSRA dans les deux pays, 2) l'identification des interventions prioritaires en matière de SSRA dans les deux pays, 3) les lacunes en matière de financement des interventions en matière de SSRA, et 4) les stratégies de financement nationales durables pour les interventions en matière de SSRA.